fbpx
Articles

Comment gérer la colère de mon enfant ?

Votre enfant cris, hurle, se roule par terre, tape, mord … et j’en passe ! Il a une tendance à faire des grosses crises de colère ? Vous vous sentez complètement impuissant face à ses réactions disproportionnées ? Peut-être que vous souhaitez comprendre pourquoi de simples petits détails le met dans de tels états ?

Vous arrive t’il même parfois d’avoir honte parce que votre enfant vous fait des crises incroyables dans les lieux publics ? Comment faire pour ne plus que ça arrive ? Que vont penser de moi les spectateurs de cette scène ? Que je suis un parent incapable, que je cède tout à mon enfant ou que je suis trop dur avec lui ?

On a toujours 1000 questions qui nous passe par la tête dans ces moments là. On doute de ses capacités à être de bons parents. Et on doute sur les « compétences » de nos enfants et on imagine les pires scénarios quant à leur avenir !

STOP ! Arrêtons de culpabiliser

On arrête de s’auto-flageller. Ne remettons aucunement en cause notre rôle de parent, et notre éducation. Pour la simple et bonne raison que ces crises de colères sont NORMALES !

Et oui, l’enfant passe par de telles tempêtes pour grandir, apprendre, évoluer correctement.

Entre 18 mois et 3 ans environ, l’enfant comprend qu’il a une identité propre, qu’il est une personne à part entière, indépendante de sa maman. Et il comprend qu’il a le droit de dire « NON ». On arrive d’ailleurs dans cette phase du « NON » vers l’âge de 24 mois. Où l’enfant dit « NON » à tout. Et là aussi c’est tout à fait normal. Ce n’est ni un enfant capricieux, ni un super rebelle de la société !

L’enfant ne fait donc pas de colère contre nous, il n’est pas capricieux, il apprend c’est tout.

DECULPABILISONS-LE AUSSI

Nul besoin alors de lui demander « POURQUOI » il agit de telle façon, pourquoi il se met dans tous ses états car il ne le sait pas. L’émotion est là, et il la transmet comme il le peut!

On évitera alors les phrases du genre : « mais calme toi, ce n’est pas possible d’avoir un enfant comme ça! « , « ta crise tu vas la faire dans ta chambre parce que là ce n’est pas possible de t’entendre hurler de la sorte », » si tu continues ton cinéma, tu es punis! «

Lorsque l’enfant est en pleine crise de colère, il n’a pas besoin d’être rabaissé, humilier, ni même punit. Il a juste besoin d’être rassuré et comprit.

Rappelez vous de la dernière fois que vous vous êtes mis en colère… Est ce que la dernière chose que vous aviez envie d’entendre à ce moment là c’est » mais calme toi » , » arrêtes ton cinéma, ce n’est pas possible! » J’imagine bien que non au contraire !!! Vous avez plutôt envie de décharger cette colère, que le monde entier sache que vous êtes en colère et de vous sentir entendu et comprit, non ?

Pour l’enfant c’est tout à fait la même chose sauf que lui ne peut pas exprimer clairement son émotion, et il n’a pas ce filtre que nous avons adulte pour savoir si oui ou non le comportement est acceptable en société.

Qu’est-ce qui peut le mettre en colère ?

Chaque émotion qu’éprouve l’enfant est très intense ! C’est un véritable ouragan qu’il vit à l’intérieur de lui. Qu’il s’agisse de la colère, de la peur, de la tristesse ou même de la joie, toutes ses émotions sont vécues avec la même intensité.

La colère nous parait peut-être plus difficile car elle est associée à de la violence, de l’agression. C’est d’ailleurs l’objet de cette émotion. Elle nous sert à combattre ce qui nous déplait pour faire bouger les choses. Elle met notre corps en action (combat, lutte) pour arriver à nos fins (se faire entendre, comprendre, …).

La colère est lié à la frustration et au manque d’estime de soi. On va se mettre en colère lorsqu’on nous a manqué de respect, lorsque nous nous sentons frustrés, bloqués par une situation.

L’enfant va éprouver de la colère lorsqu’il va se sentir frustré par une personne ou une situation.

Par exemple, lorsqu’on va lui demander d’arrêter de jouer pour aller se douche. Il va vivre le changement d’activité comme une frustration. On lui retire le plaisir de jouer pour faire autre chose.

Comment gérer cette tempête émotionnelle ?

1.ANTICIPATION

Si on sait que lorsqu’on lui demande de changer d’activité, la crise de colère arrive alors : ANTICIPONS !

Préparer l’enfant à ce changement en lui expliquant que dans 5 min, il va devoir ranger pour aller se laver. L’enfant aura le temps de visualiser et se préparer mentalement à ce qu’il l’attend après.

2. FERMETE ne veut pas dire MECHANCETE

Il faut parfois être ferme pour que l’enfant comprenne qu’il va trop loin. C’est de cette façon qu’il va comprendre qu’il existe des règles à respecter. Etablissons des règles simples pour que l’enfant puisse savoir quoi faire. Il a besoin de limite, de cadre, de rituels.

3. COLERE = STRESS

La colère est vécue comme un stress. Pour évacuer ce stress, l’enfant aura besoin de s’apaiser, d’être rassuré, d’être câliné. Des fois, le simple câlin va lui permettre d’être rassuré et de se calmer.

4. METTRE LES MOTS

L’enfant a du mal à s’exprimer, il n’a pas encore tout le vocabulaire ni les capacités de le faire en fonction de son âge. Le fait de mettre des mots sur cette crise va le calmer. Il va sentir qu’il est compris.

« Je sais que tu voulais encore jouer mais tu sais qu’il faut maintenant aller se doucher…. »

5. EVACUER LA COLERE

Comment pouvons-nous demander à l’enfant de se calmer si il n’a jamais apprit à le faire ? Se calmer ça s’apprend et il y a plein de petits jeux facile à mettre en place pour le faire:

  • le jeu du coussin de colère
  • la respiration calmante
  • la météo intérieure
  • la playlist à émotion
  • conte apaisant

Pour en savoir plus sur les émotions de l’enfant :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Suis moi sur les réseaux

Facebook