My Zen Family

T’en penses quoi toi, de l’éducation positive ?

Voilà peut être une question que vous avez en tête ou que vous souhaiteriez poser à votre ami(e) … Mais vous n’osez peut-être pas parce que ce concept d’éducation positive fait vraiment trop « bobo » ou est apparenté à du laxisme. Mais vous avez lu certainement quelques articles, peut-être même quelques livres sur le sujet. Comme ça juste par curiosité… Et puis, finalement il y a quelques idées intéressantes… d’autres par contre qui vous fait hérisser le poil et d’ailleurs cela vous semble IMPOSSIBLE à mettre en place avec vos enfants ! C’est vrai quoi, toutes ces personnes qui écrivent sur le sujet, elles ne vivent pas dans la VRAIE vie !!! Ou alors elles n’ont pas d’enfants …

En tout cas, voici toute ma réflexion sur le sujet et j’ose penser que je ne suis pas la seule dans ce cas alors parlons-en…

Au départ, vraiment je me suis dit : « voilà encore un concept de « bobo parisien ! Qu’est ce qu’ils ne vont pas encore inventer ! » Et puis, je suis quand même une grande curieuse alors j’ai essayé d’en savoir un peu plus.

D’où vient ce concept ?

Pas si récent que ça, l’éducation positive également appelée éducation bienveillante se base sur les travaux d’Alfred Adler, psychiatre Autrichien (1870-1937), élève de Freud, il travaille sur la psychologie individuelle.

Ces sont ensuite Jane Nelsen et Lynn Lott, 2 américaines qui vont développer ce concept autour de l’éducation positive en créant des ateliers pour les parents.

L’éducation positive est basée sur 5 grands principes :

  • Accompagner l’enfant dans son besoin d’appartenance et se sentir important.
  • Se baser sur le respect mutuel et l’encouragement avec à la fois bienveillance et fermeté.
  • Etre efficace à long terme.
  • Enseigner des compétences sociales et des compétences de vie importantes : Le respect, l’attention aux autres, la résolution de problèmes et la coopération ainsi que la capacité à participer à la vie de la famille, de l’école ou de la communauté au sens large.
  • Inviter les enfants à découvrir leurs capacités et développer ainsi leur autonomie et leur estime de soi.

Education positive, laxisme ?

On associe souvent éducation positive et laxisme, moi la première. On a toujours cette image de lu parent qui se fait mener par le bout du nez par son enfant. N’ayant pas d’autorité ni de fermeté pour lui rappeler les simples règles de politesse et de vie en société.

Pourtant lorsque l’on regarde le 2ème grand principe de base de l’éducation positive, il est bien spécifié : Bienveillance et FERMETE !

Il n’est en aucun cas question de laisser l’enfant se débrouiller seul, sans règles. Qui dit « éducation » dit règles, cadre et autorité. L’autorité est juste associé à de la bienveillance. Et oui, nous pouvons être autoritaire avec bienveillance.

J’entends déjà certains dire : « moi j’ai été élevé à la dure  et je suis aujourd’hui parfaitement équilibré ! »

Je le conçois tout à fait, il n’est d’ailleurs pas question de remettre en cause notre éducation. C’est juste que les choses évoluent et heureusement.

L’éducation positive nous ouvre juste les yeux sur le fait qu’il ne faut pas confondre l’autorité et l’autoritarisme.

L’autorité, c’est éduquer et transmettre des règles pour pouvoir vivre en société, pour pouvoir évoluer, grandir.

L’autoritarisme est basé sur le pouvoir, la violence, la toute puissance du parent sur l’enfant.

Une autorité bienveillante, comment faire ?

En général, quand on évoque l’idée d’éducation, d’autorité on pense souvent à la sanction. Mais comment sanctionner en restant bienveillant ?

Rappelons d’abord que la sanction est nécessaire pour l’enfant. L’enfant ne nait pas civilisé, il le devient. Et c’est à travers l’exemple de ses parents, mais aussi du cadre définit qu’il va apprendre à vivre en société et s’épanouir.  A l’inverse, un enfant complètement livré à lui-même est complètement perdu et devient associable.

Du coup, on se déculpabilise. Notre enfant n’arrêtera pas de nous aimer si nous lui donnons des règles à suivre et le sanctionnons quand c’est nécessaire.  Au contraire, cela montre à l’enfant que nous tenons à lui car nous assurons ainsi sa sécurité. En l’absence de règles, l’enfant subit un vide émotionnel, cela amène alors des troubles du comportement comme l’anxiété, l’hyperactivité…

N’avez-vous jamais été témoin d’un enfant qui fait bêtises sur bêtises devant son parent juste pour attirer son attention.

Donc, quelle est la règle à suivre pour équilibrer l’autorité et la sanction ?

La règle est simple : la sanction doit toujours être donnée avec bon sens. La sanction sera alors :

  • Adaptée à l’âge de l’enfant
  • Expliquée pour avoir un sens et qu’elle soit comprise par l’enfant
  • Réparatrice quand l’enfant à causé du tord à quelqu’un ou abimé quelque chose
  • Appliquée par les 2 parents

Mais ne sera surtout pas liée à une frustration affective (plus de doudou, pas de câlins avec papa ce soir, interdiction d’aller chez mamie ce week-end…).

Mais l’éducation ce n’est pas que de la sanction et heureusement !

Le but premier de l’éducation est quand même d’accompagner l’enfant vers son épanouissement. L’enfant apprend de l’exemple de ses parents, il est dans l’observation. « Fais ce que je dis et pas ce que je fais » est un adage qui concrètement ne fonctionne pas de tout ! L’enfant va retenir plus facilement nos actions, nos gestes que nos ordres et paroles.

Un parent bienveillant et respectueux fera donc un enfant avec ces mêmes qualités. L’éducation positive a de nombreux objectifs :

  • Apprendre l’autonomie
  • Le respect de l’autre et de soi
  • Développe l’estime de soi
  • Apprendre à mieux se connaitre en tant qu’enfant avec nos besoins mais aussi en tant que parents…

Alors que pourrais-je en conclure ?

Et oui, mettre en place l’éducation positive n’est pas chose facile et ne se fera pas du jour au lendemain. Mais cela vaut vraiment le coup car en plus de responsabiliser l’enfant et le faire grandir dans l’épanouissement cela a aussi des avantages pour nous parents.

Finis les hurlements, les crises de colères et surtout le stress ! Le dialogue, le bon exemple et la sanction juste vaut mieux que toutes les fessées du monde !!! Cela a été scientifiquement prouvés et pour l’avoir testé cela marche !!!

Et toi alors qu’est- ce que tu en penses ?

Si tu veux en savoir un peu sur l’éducation positive et notamment les recherches en tant que neurosciences, je te conseille de regarder cette vidéo de Catherine Gueguen :

EN CADEAU : L’éducation positive sans pression

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Suis moi sur les réseaux

Facebook